Cependant, pour être honnêtes, ces appels aux boycotts émanant de tous les cotés, notamment par une certaine gauche « anti-spéciste », ne nous ont pas fait pleurer. Il faut savoir que cela fait des années que Super U essaye de se donner une image « cool » auprès de tous ces mécréants de bonne gauche (dégénérés bobos, hipsters et autres féministes), dont beaucoup sont militants vegans justement, en promouvant sans arrêt la théorie du genre dans ses catalogues de jouets pour se faire passer pour « cools ». Évidemment, comme toujours, les enfants en sont les premières victimes. Nous nous rappelons même que Super U était pionnier en la matière en France, au point d’être félicité par tous ces dégénérés sur les réseaux sociaux qui appelaient à soutenir l’enseigne.

Des illustrations mettant en scène des petits garçons jouer à la poupée et des petites filles jouer avec des outils, en soi, c’est très curieux mais ce n’est pas foncièrement illicite ; ce n’est cependant pas non plus innocent : l’intention est évidente et celle-ci est totalement assumée par Super U : « déconstruire l’identité de genre dès l’enfance » et blablabla, vous connaissez la chanson des ordures féministes …