Nous sommes déjà pucés !

Éditorial – La crise sanitaire actuelle a fait remonter à la surface une théorie à la mode dans les années 2000-2010, comme quoi les autorités allaient profiter de l’occasion pour nous injecter une mini-puce électronique RFID lors de l’inoculation générale de vaccins afin de nous géolocaliser en permanence et instaurer un certain « Nouvel ordre mondial ».

Deux choses. Primo, ce fameux « nouvel ordre mondial » comme le dit l’expression, nous y sommes depuis 200 ans aux dernières nouvelles ; secundo, nous sommes tous déjà en quelque sorte « pucés » depuis ces deux dernières décennies. Ce que nous allons rappeler ci-dessous ne relève absolument en rien d’une théorie du complot et encore moins de secrets d’État, c’est de la pure information officielle, vérifiable et avérée que personne ne cache :

– Nous sommes géolocalisables en permanence avec nos téléphones, y compris lorsque la géolocalisation est virtuellement désactivée. Nos frères en Chrétienté interpellés par la police pour de bonnes actions savent de quoi nous parlons …

– Toutes nos conversations et SMS sont interceptibles. Demandez à n’importe quel petit dealeur qui s’est fait un jour attraper, il en sait quelque chose …

– Un téléphone, c’est un microphone.

– Lorsque vous surfez sur Internet, vous êtes identifiable avec votre adresse IP. Toute votre activité transite par votre fournisseur d’accès auprès duquel les autorités ont leur droit de consultation.

– En plus de votre géolocalisation permanente, les caméras de sécurité sont partout et de plus en plus intelligentes ; en Chine, elles sont programmées pour faire de la reconnaissance faciale afin d’identifier tous les citoyens et leurs déplacements ; les bons citoyens reçoivent du « crédit social », les moins bons ont leur visage affiché sur des murs de la honte …

– Les photos et vidéos que vous prenez, vous avez à présent l’habitude de les enregistrer sur des clouds pour ne pas les perdre et pouvoir les partager.

– Vos dernières réservations d’hôtel, les derniers pays que vous avez visité et ce que vous y avez fait ; en général, tout passe par vos applications prévues à cet effet et s’encode dans on ne sait quelles bases de données.

– Toute votre vie que vous étalez en public ou en privé sur les réseaux sociaux, y compris dans des conversations sur les messageries.

– L’ensemble de vos contacts téléphoniques (de nombreuses applications demandent d’y avoir accès pour pouvoir être installées).

– L’ensemble de vos transactions financières, peu importe où vous êtes dans le monde.

– Toute votre vie professionnelle (Linkedin, etc …)

– La musique que vous téléchargez ou que vous écoutez en ligne.

– Votre agenda, auquel beaucoup d’applications demande accès pour pouvoir être installées.

– Les personnes avec lesquelles vous interagissez dans le cadre des relations homme-femme (les rencontres de ce type se font de plus en plus via Internet).

– Évidemment, toutes vos idées philosophiques et religieuses.

– Sans oublier les éventuels péchés que vous commettez en ligne.

– ADN, empreintes digitales … Difficile de ne plus laisser sa signature quelque part.

… etc, etc …

En résumé, toute votre vie, toutes vos activités et vos localisations sont déjà encodées.

Pourquoi les États, quel que soit leur couleur politique, s’en priveraient-ils ? Qu’on nous cite un seul qui n’aurait aucun intérêt à le faire …

De surcroît, évidemment, il n’y a pas que les services de renseignement de vos États locaux qui peuvent accéder à ces données, il y a aussi des États étrangers, particulièrement les États-Unis via ses GAFAM et autres sociétés, sans oublier un réseau de serveurs éparpillé dans des tas de pays étrangers, l’espionnage de câbles sous-marins de télécommunications intercontinentales et autres piratages de données, comme l’a révélé Edward Snowden (programme PRISM, programme XKeyscore, Programme Génie …) : https://fr.wikipedia.org/wiki/PRISM_(programme_de_surveillance) et https://fr.wikipedia.org/wiki/XKeyscore

Rappelons justement que la CIA n’a pas trop de soucis à balancer les dossiers d’activité internet de ses ennemis afin de les discréditer : elle avait révélé que Bachar El Assad écoutait du RNB et que les dirigeants de Daesh consultaient très régulièrement des sites pornographiques.

Ajoutons à cela, évidemment, qu’il n’y a pas que les États qui peuvent exploiter ces données :

Bien sûr, encore une fois, il serait faux de croire qu’il n’y a que les Américains qui en profitent … Il suffit à n’importe quel pays de développer des services de téléphonie et d’internet (applications etc …) pour accéder à ce qu’il souhaite. La Chine, la Russie, Israël, le Japon, la France, etc … en font autant. Rappelons, par exemple, la polémique médiatique qu’il y a eu l’année dernière à propos de l’application Faceapp russe.

La notion de vie privée est déjà révolue depuis longtemps, comme l’a déjà sous-entendu Mark Zuckerberg (fondateur de Facebook) à plusieurs reprises … Alors toutes ces histoires sur le RFID, à côté, c’est de la bagatelle …

Bien sûr, il existe encore quelques échappatoires, devenus à présent un véritable luxe comme le dit à juste titre un certain Jacques Attali : « le grand luxe sera la déconnexion,  l’isolement, l’anonymat.  La clandestinité sera le privilège des puissants et des criminels. Et on développera des logiciels permettant de ne résider  que furtivement dans les réseaux, d’utiliser des avatars changeants et aléatoires. »

Les plus renseignés d’entre nous sur ces questions peuvent jouer sur les lois des différents pays, utiliser des navigateurs d’anonymat à condition de pouvoir les maîtriser, ouvrir des comptes bancaires à l’étranger qui échappent aux standards fiscaux internationaux, passer des commandes en crypto-monnaie, recourir à des messageries P2P cryptées (possibilité qu’offre Telegram), utiliser des LED infrarouges pour rendre impossible l’identification via les caméras de surveillance, acheter des cartes téléphoniques dans certains pays étrangers où les identités des consommateurs ne sont pas contrôlées pour de tels services, concevoir des applications d’anonymat secrètes, etc … et encore, rien n’est 100% fiable … La plupart des gens, dans tous les cas, n’ont cependant déjà plus d’alternative …

Ceci étant dit, au-delà de cette difficilement évitable surveillance massive qui fait le lit de nombreux romans dystopiques (et, malheureusement, bien souvent libéraux), le plus effrayant d’un point de vue théologique serait peut-être l’émergence du projet très occulte nommé point Omega par le moderniste Theillard de Chardin ; il suffit d’écouter n’importe quel franc-maçon ou autre kabbaliste pour comprendre qu’il s’agit là de leur souhait le plus cher (cfr notre émission #3) … Nul ne peut prédire cependant vers quoi nous nous dirigeons exactement, seul Dieu connaît l’avenir …

Bon courage à tous et bon dimanche !