Coronavirus : décès de grandes personnalités Novus Ordo françaises

Quelques grandes figures françaises Norvus Ordo sont décédées du coronavirus depuis le début de l’épidémie dans l’hexagone. Ce billet n’a évidemment nullement pour but de se réjouir de la mort de qui que ce soit mais d’informer, prions pour leur âme.

1) Henri Tincq, décédé ce 29 Mars à 74 ans. Journaliste et vaticaniste français, bien connu de la presse et des plateaux de télévision. Progressiste, évidemment.

2) Michel Lelong, décédé ce 10 Avril à 95 ans. Un cas très spécial ! Ce prêtre (conciliaire) validement ordonné et chevalier de la légion d’honneur est très connu pour son militantisme forcené pour le dialogue inter-religieux avec le mahométisme ; il est le président du Groupe d’amitié islamo-chrétienne. Mais son intéret pour le dialogue était extrêment large, au point qu’il participe à l’initiative de préparation de ralliement de la FSSPX avec la Rome occupée par les hérétiques modernistes ! Notons que cet admirateur de Tarik Ramadan et promoteur de la diffusion de la chaîne Al-Manar en France était également un grand ami d’une certaine droite nationale : interventions régulières sur Radio Courtoisie et chroniqueur dans le magazine national-révolutionnaire Flash. Il est curieux que E&R ne lui ait pas encore rendu hommage, contrairement au site souffiste Saphirnews qui parle de « grand artisan du dialogue islamo-chrétien » et une « mort [qui] signe donc une grande perte non seulement pour les catholiques mais aussi pour les musulmans qui le voyaient en grand ami ».

3) Henri Madelin, décédé 8 Avril à 83 ans. Prêtre (conciliaire) ordonné en 1967, soit un an avant le nouveau rite d’ordination de Paul VI. Il ne portait pas le col romain. Son CV est impressionnant : il fut maitre de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris, enseignant à l’Institut d’études sociales (IES) de l’institut catholique de Paris, membre de l’équipe de l’Office catholique d’information et d’initiative pour l’Europe (Ocipe), aumônier national du Mouvement chrétien des cadres (MCC), rédacteur en chef de la revue Études … Le journal Le Monde nous peint son portrait : « [il] avait consacré sa vie de prêtre, de responsable jésuite, de professeur, d’essayiste, d’observateur de la vie politique française et européenne à mettre en œuvre un aspect fondamental de l’enseignement du concile Vatican II (1962-1965), qui, dans sa jeunesse, avait révolutionné l’Eglise catholique : la nécessité de se mêler au monde, à la multitude des hommes et femmes de ce temps ». La Croix nous en rappelle un peu plus sur ses positions politiques qui ne sont pas vraiment celles que nous partageons personnellement … : « Européen convaincu, il est membre de l’équipe de l’Office catholique d’information et d’initiative pour l’Europe (Ocipe) et va suivre de 2005 à 2019, depuis Bruxelles, Strasbourg et Paris, les enjeux d’une Union européenne en pleine mutation. « Il croit au nécessaire débat éthique dans la construction institutionnelle européenne », précise la province jésuite. « Il aurait été un peu un” macronien” centre-gauche, très européen et très ouvert à l’initiative », ajoute son ancienne collègue de la rue d’Assas. »

RIP. Prions pour les âmes de ces personnalités égarantes, elles en ont certainement très besoin …