Dossier sur le gallicanisme

Notre ami Théodon nous propose ci-dessous un excellent retour sur le Gallicanisme sur base du travail neutre d’un historien qui travaille sur le blog « Émeraude Chrétienne » (malheureusement conciliaire mais très juste sur la question).

*********

Comme je sais que ce sujet intéresse pas mal de monde, notamment en raison de son actualité concernant la situation actuelle de l’Église, je me permets de diffuser ici des petits articles, assez synthétiques, du blog Émeraude Chrétienne, sur la question du gallicanisme, de ses causes et de ses conséquences dans la société chrétienne. Ce véritable poison aura joué un rôle non négligeable dans l’apostasie de la France, mais pas seulement puisqu’il contaminera également les autres patries (avec le fébronianisme, le « vieux-catholicisme », le jansénisme, etc.). Si, aujourd’hui, les milieux catholiques qui se veulent fidèles sont aussi divisés et aussi anarchiques dans leur fonctionnement, c’est en partie à cause de l’influence délétère de ces doctrines (1)…
.
Le gallicanisme a pu avoir l’appui de certains Rois, mais pas de tous. Il s’inscrit dans le grand courant général césaropapiste. Mais sa particularité propre, qui lui a donné son nom, c’est la « défense des libertés gallicanes », qui va le pousser à appuyer ses revendications d’indépendance à l’égard de Rome directement sur la coutume et la défense des privilèges plutôt que sur l’autorité royale, au moins dans un premier temps. Après, il se diversifiera selon plusieurs tendances (royale, parlementaire, épiscopale, universitaire, richériste, janséniste, etc.). Cette mentalité est condamnée par l’Église en tant que portant atteinte à l’unité de l’Église, à sa constitution divine, à la suprématie pontificale et en la distinction des ordres naturels et surnaturels. Il existe toujours des sectes se revendiquant explicitement du gallicanisme, et un Henry de Lesquen a pu se dire publiquement gallican sans choquer grand’monde. L’Église constitutionnelle, schismatique, de l’abbé Grégoire a pu s’établir grâce au vieux fond de richérisme déjà présent depuis longtemps dans le royaume. La constitution civile du clergé peut être considérée comme le prolongement du richérisme. Par là est donc née aussi une conception démocratique de l’Église qui influence toujours les progressistes actuels. Donc quand vous en rencontrerez un qui vous parlera du pouvoir que détient sa « paroisse » sur son « curé » et plus encore sur son « évêque » en se croyant moderne, vous pourrez lui dire qu’il est là l’héritier de gallicans royalistes vieux de plusieurs siècles.
.
(1) Un petit exemple trouvé sur ce blog, pour vous donner une idée : « Dans le livre intitulé Du témoignage de la vérité dans l’Église, Vivien de la Borde (1680-1748) ne considère les évêques que comme des délégués et des interprètes de l’Église particulière qu’il préside et dont il est l’envoyé. Il enseigne que les définitions portées en matière de foi dans les conciles généraux ne sont valides qu’autant elles sont approuvées par le peuple. « Personne ne doute qu’un jugement dogmatique, où l’autorité du Saint Siège se trouve accompagnée de l’acquiescement des Églises, ne soit un jugement irrévocable et final », précisant que cet acquiescement doit être libre, c’est-à-dire réel. Cela est aussi vrai pour les décisions épiscopales. « Les jugements des évêques sont essentiellement dépendants de l’aveu du corps des fidèles.» Il conteste que le témoignage extérieur rendu par le plus grand nombre des pasteurs soit un critère de vérité. Il n’est pas essentiellement et sans distinction la voix de vérité. Pourtant, par elle-même, cette voix fait autorité. Elle peut donc être détenue par un petit nombre si elle demeure reconnue fidèle à Notre Seigneur Jésus-Christ. Et ce petit nombre constitue le corps de l’Église. L’autorité ne réside donc pas dans son détenteur mais dans le contenu de son enseignement. C’est donc en jugeant son enseignement qu’il est possible de vérifier s’il est valide ou non…»

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/02/le-gallicanisme-une-specificite-du.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/03/la-defense-des-libertes-gallicanes-ix.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/03/les-libertes-gallicanes-au-xvie-siecle.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/03/la-pragmatique-sanction-1438-le.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/04/des-libertes-gallicanes-aux.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/04/la-primaute-pontificale-selon-les.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/04/le-richerisme-une-forme-du-gallicanisme.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/05/la-reception-du-concile-de-trente-dans.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/05/xviie-xviiie-siecle-leglise-face-la.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/05/raison-detat-vs-raisons-de-dieu.html

https://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/05/le-jansenisme-un-nouvel-adversaire-du.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/05/autour-de-lunigenitus-gallicanisme.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/06/aguesseau-un-illustre-representant-de.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/06/le-febronianisme-le-gallicanisme-hors.html

http://emeraudechretienne.blogspot.com/2019/06/la-constitution-civile-du-clerge.html