Mise en œuvre de la ‘sinisation’ de l’Église ‘Catholique’ chinoise

Que désigne la « sinisation » de l’ Église ‘Catholique’ de Chine qui a actuellement lieu ?

En juin dernier, la Conférence des évêques de Chine (BCCC) et l’Association patriotique catholique chinoise (CCPA) ont envoyé à tous les diocèses chinois le Plan quinquennal (2018-2022) pour promouvoir l’adhésion de l’Église catholique à la culture communiste chinoise.

Cette « sinisation » ne concerne pas seulement le catholicisme mais aussi quatre fausses religions officielles, à savoir le bouddhisme, le taoïsme, l’islam et le protestantisme. Les directives pour réaliser cette « sinisation » passent par les « évêques » officiels et les fonctionnaires de l’Association patriotique.

Un homme en soutane s’oppose ici aux forces de répression communistes durant la crise politique qui touche actuellement Hong Kong. Nous ignorons s’il est validement ordonné mais, au pire, l’image a le mérite d’être jolie …

D’après Benoît Vermander, professeur de sciences religieuses à l’université Fudan de Shanghaï dont les propos ont été relayés par le journal La Croix, les relais du pouvoir insistent tout particulièrement sur « la sinisation des expressions de la foi, mais aussi des arts, de l’architecture, de la liturgie, et sur le développement d’une recherche théologique guidée par la tradition nationale ».

L’idée de cette « sinisation » de toutes les religions a été solennellement réaffirmée par le leader Xi Jinping, en 2017, lors du 19e congrès du parti communiste chinois. De cette manière, celui qui peut désormais être président à vie cherche à asseoir un peu plus son pouvoir. Le but, en effet, est de « créer une sorte de ”secteur public religieux” », comme l’explique Benoît Vermander, afin que celui-ci serve l’objectif de pleinement concilier le socialisme et la tradition nationale chinoise.

Le gouvernement chinois a d’ailleurs récemment commencé à mettre en œuvre son plan de sinisation. Dans la province de Zhejiang, l’agence UCANews rapporte que plusieurs lieux de culte ont remplacé les croix qui surplombent les édifices religieux par des drapeaux nationaux.

Un autre exemple récent de cette démarche est l’élimination, par le ministère chinois de l’Éducation, des mots tels que « Dieu », « Christ », « Sabbat » et « Bible » de classiques occidentaux utilisés comme manuels dans les écoles. Si bon nombre de ces classiques sont soit à l’index, soit mériteraient de l’être, le résultat est très interpellant ; c’est évidemment l’idée même de cette initiative qui pose problème. Vous pouvez en savoir plus en consultant cet article : https://www.churchmilitant.com/news/article/china-erases-god-christ-and-bible-in-western-classics-for-kids#When:13:00:00

Nous avons consacré une émission sur la situation Catholique en Chine (#8). Vous pouvez la réécouter ici :

Prions pour nos frères chinois, qui subissent la crise de la Sainte Église encore plus difficilement que nous …