Le libéral judaïque Zuckerberg veut faire la loi sur Internet

Mark Zuckerberg, PDG de facebook, explique ici clairement avoir fait preuve de partialité dans le referendum qui a autorisé l’avortement l’année dernière en Irlande. En effet, comme il le raconte dans cette vidéo, aucune loi irlandaise n’a empêché sa société d’interdire les publicités pro-vie durant cette période d’élections, ce qu’il a donc fait.

https://mobile.twitter.com/griptmedia/status/1151533809751527424

Un juif qui interdit les annonces Catholiques d’un pays – également culturellement Catholique – qui ne le concerne pas … Sans commentaires.

D’ordinaire, au début de la démocratisation d’internet, les plate-formes sociales devenaient désuètes environ tous les 4-5 ans. Au début, les gens se retrouvaient sur Caramail (en tous cas dans le monde francophone), puis sur MSN, puis il y a eu une période de transition avec différentes tentatives de réseaux sociaux tels que MySpace ou Netlog (ce dernier était belge par ailleurs) avant que Facebook ne débarque et finisse par s’imposer à coups de gros subsides. Zuckerberg a jusqu’ici tenu le cap, rachetant stratégiquement tous les principaux réseaux qui pouvaient potentiellement lui faire de l’ombre dans l’avenir (à savoir Whatsapp et Instagram, toujours plus fréquentés). Il se prépare à réaliser un nouveau gros coup en lançant sa propre monnaie numérique baptisée « Libra » en s’inspirant du bitcoin ; beaucoup d’analystes pensent qu’il pourrait démocratiser et donc monopoliser le secteur des crypto-monnaies.

En d’autres termes : les libéraux judaïques pourraient encore gagner en puissance dans le secteur numérique.

Si vous vous intéressez à ce sujet, n’hésitez pas à réécouter notre émission #38 : « Internet, les nouvelles technologies et la noosphère ».