Portrait du pseudo-« évêque » qui a autorisé l’horloge blasphématoire

Nous nous sommes renseignés sur Hermann Glettler, le pseudo-« évêque » autrichien moderniste qui a autorisé la fameuse horloge effroyablement blasphématoire dans une église d’Innsbruck. Comme nous pouvions nous en douter, il n’en est pas à son coup d’essai ! Si cette « œuvre » du diable a été conçue par un certain Manfred Erjautz, un ami à lui, il n’en reste pas moins lui-même un artiste complètement dégénéré à la conception du « Catholicisme » complètement fausse, déviante et monstrueuse ! Portrait …

Hermann Glettler a 54 ans et a grandi à Übelbach (Autriche). Il provient de la très dégénérée Communauté de l’Emmanuel, avec laquelle il est entré en contact à la fin de ses études en France à l’été de 1983.

En 1997, il devint « curé » de la « paroisse » St. Andrä de Graz. Le 27 septembre 2017, François 0 l’a nommé « évêque » d’Innsbruck. Il est « sacré » le 2 décembre 2017 dans la salle olympique d’Innsbruck par l’ « archevêque » de Salzbourg, Franz Lackner, devant 8000 personnes. Ça devait être une grande fête …

Le très digne Hermann Glettler durant un évènement de l’association Caritas

Sans surprise, il a déclaré, lors d’une série d’entretiens qui ont suivi sa nomination, se prononcer non seulement en faveur du diaconat des femmes mais aussi suggéré qu’il n’était pas exagéré de penser que des femmes pourraient même être admises à la prêtrise à l’avenir. Bien entendu, chez lui, les divorcés-remariés ont droit à la « communion » afin de « donner plus de sens à l’Evangile » d’après lui … En parlant de la « communion », voici comme ça se passe chez « Mgr » Hermann Glettler :

Depuis une vingtaine d’années, ce grand amateur d’art contemporain est lui-même devenu un « artiste » reconnu. Il expose dans l’aile administrative de la Landesnervenklinik Sigmund Freud ses œuvres personnelles et d’autres objets de son ancien appartement, sous le titre d’exposition « Glettler Privat ». Il explique son « art » sur son site personnel qui répertorie déjà six expositions personnelles : « une peinture abstraite, indépendante de tout objet, constitue le point de départ du travail artistique. » Voilà qui en dit long sur ce moderniste dégénéré …

Non, ce n’est pas la fashion week, c’est l’ « Abbé » Glettler avec une chasuble transparente en 2004. Il présente cette photographie dans ses expositions au musée du monastère bénédictin d’Admont.

À propos de la fameuse hologe de son ami Erjautz, il la justifiera ainsi :  » « La croix n’est ni une décoration arbitraire ni un symbole de pouvoir. Elle doit être revue et étudiée en profondeur. Manfred Erjautz, avec son horloge de Jésus à l’église, provoque non seulement de nouvelles réflexions sur la Croix , mais nous confronte avec des questions sérieuses sur l’essence de la vie (…) À mesure que le temps passe, les bras forment les différentes constellations et le corps statique du défunt lui-même. (…) Avoir le corpus en position inversée montre également la déformation de la figure humaine » » (source : lifesitenews, Austrian bishop allows ‘Jesus clock’ made from upside down corpus with broken arms to be installed in church, 20/03/19). Mais tais-toi, hérétique ! Nous espérons que les vrais Catholiques, une fois revenus au pouvoir à Rome et en Autriche (et plus encore), appliqueront la peine de mort par pendaison ou bûcher à ce blasphémateur moderniste, ça fera une belle œuvre artistique qui confrontera les autres hérétique à « s’interroger sur l’essence de la vie » et « la déformation de la figure humaine » …

Tas de dégénérés …

Que Dieu vienne en aide à Son Église …