« C’est la pire bulle sur les marchés depuis 1929 et elle va exploser »

En octobre dernier, le célèbre économiste Nouriel Roubini pointait les risques croissants d’une nouvelle crise économique majeure. Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’IRIS et Philippe Béchade, président des Éconoclastes, analysaient cet orage à venir sur l’économie mondiale. Une étude plus que jamais d’actualité pour notre anthologie 2018. (…)

Début 2007, la multiplication des défauts de paiement sur des prêts hypothécaires à risque n’était que le commencement d’un gigantesque effondrement, qui a mené tout droit vers la faillite de la grande banque new-yorkaise. «On n’a rien vu venir!», lançait alors un employé du groupe à Londres.

Pourtant, certains l’avaient anticipé, Nouriel Roubini en tête. Cet économiste réputé pour ses analyses et président de Roubini global economics avait prédit la crise des Subprimes dès 2006. «Il avait expliqué tout le déroulé des événements. Depuis cette date, on l’écoute avec attention. Quand il prévoit une crise, on s’inquiète et on a un petit peur», explique Sylvie Matelly.

Nouriel Roubini a récemment publié un article au titre évocateur chez nos confrères des Échos: «Les cinq ingrédients qui préparent la crise de 2020». Le docteur en économie voit un cocktail composé d’une note de récession globale, d’une touche de hausse des taux d’intérêt, d’un parfum de valorisations boursières excessives, d’un zeste de difficulté politique et d’impuissance des banques centrales en guise de rondelle de citron. Un cocktail dur à avaler, vous l’aurez compris. Sommes-nous vraiment dans la même situation qu’en 2007-2008, voire pire ?

Lire tout l’article : https://fr.sputniknews.com/economie/201901011039497566-crise-economie-krach-bourse-marche

Un système économique malsain ne peut que très mal finir … Le fait que ce Roubini soit un judaïque iranien ne signifie pas pour autant qu’il est à coté de la plaque dans ses analyses mais qu’il n’envisage certainement pas les bonnes solutions : l’impératif des nations à venir à Jésus-Christ et à la Doctrine Sociale de l’Église.