À bas le Père Noël, vive la Fête de la Nativité !

[En 1951, les Catholiques et les laïcistes dijonnais (avec lesquels s’allièrent les quelques lâches « catholiques » modérés) se livraient la guerre pour deux conceptions tout à fait différentes de la Sainte Fête de Noël ! Malheureusement, comme nous le savons, c’est le deuxième camp qui s’est largement imposé … pour combien de temps ? Oremus …]

Le jour où le Père Noël a été envoyé au bûcher

Païen, hérétique, usurpateur ! Le 23 décembre 1951, le clergé de Dijon brûle l’effigie du personnage barbu devant 250 enfants. L’affaire déclenche une polémique entre les religieux et le camp laïc.

Des milliers d’enfants s’apprêtent à ouvrir mardi 25 décembre les cadeaux que le Père Noël aura amenés par la cheminée, selon la légende. Et, ce lundi 24, dans le centre-ville de Dijon, un Père Noël descendra la tour Philippe le Bon, qui surplombe la mairie, comme le veut la tradition. Il ira ensuite saluer les spectateurs et donner des cadeaux aux plus jeunes. À moins que les conditions météo ne l’en empêchent, comme cela avait été le cas en 2013 à cause de la tempête Dick.

Ce spectacle, ritualisé chaque année depuis 1951, avait été lancé par le maire de Dijon. La veille, les représentants du clergé avaient brûlé un Père Noël sur la place publique, déclenchant une polémique entre les religieux et le camp laïc.

Le 23 décembre 1951, sur le parvis de la cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, un mannequin du « malheureux bonhomme à barbe blanche » -comme le décrit France Soir le lendemain- est exécuté en place publique. Il est 15 heures, ce dimanche-là, quand 250 enfants issus des patronages locaux mettent le feu à l’effigie, à l’appel de représentants du clergé.

Car l’Église, très conservatrice à cette période -elle s’ouvrira au monde moderne à partir des années 1960, marquées par le concile Vatican II-, considère que la fête de Noël doit uniquement célébrer la naissance du Christ. Et à ses yeux, le Père Noël représente tous les maux possibles : païen, hérétique, usurpateur, mercantile… Il a même le mauvais goût d’avoir droit d’entrée dans les écoles d’où les crèches et les crucifix ont été chassés au début du siècle !

Très vite, l’affaire divise la petite ville bourguignonne, peu habituée à une telle polémique. D’un côté, le clergé intransigeant et la frange la plus traditionaliste des catholiques. « Le Père Noël et le sapin se sont introduits dans les écoles publiques alors qu’ils sont la réminiscence de cérémonies païennes qui n’ont rien de chrétiennes », justifie par exemple le porte-parole de l’épiscopat français. De l’autre, les païens, rejoints par les plus modérés des chrétiens.

Le 26 décembre, l’hebdomadaire Carrefour ouvre le débat dans ses colonnes et barre sa Une du titre « Accusé Père Noël, levez-vous ! » Deux écrivains prennent la plume : Gilbert Cesbron se charge du réquisitoire et René Barjavel du plaidoyer. « Des jouets ? Oh oui ! Mais que la crèche passe avant la cheminée ! » attaque le premier, catholique convaincu. « Laissons à l’enfance émerveillée son vieux magicien barbu », rétorque l’autre, qui deviendra le grand spécialiste du roman de science-fiction.

Dans ce deuxième camp, de ceux qui condamnent la mise à feu du Père Noël, on trouve aussi le maire de Dijon, le truculent Félix Kir. Ce chanoine, élu à la tête de la ville en 1945 -il le restera jusqu’à sa mort, en 1968-, appartient à l’Église séculière et désapprouve l’initiative du clergé. Alors, il décide aussitôt de ressusciter symboliquement le Père Noël réduit en cendres.

Le lendemain, 24 décembre au soir, Monsieur le maire fait monter sur le toit de la mairie un sapeur-pompier déguisé avec une barbe postiche, sous les feux de projecteurs déployés pour l’occasion. Durant plusieurs dizaines de minutes, ce papa Noël plus vrai que nature envoie de grands signes chaleureux aux enfants qui regardent, les yeux ébahis, le spectacle depuis le sol. Et ils sont nombreux, ces jeunes Dijonnais, massés derrière des barrières ou juchés sur les épaules de leurs parents.

Avant de réveillonner, on profite du moment en famille, pendant que la dinde farcie cuit au four et que les verres apéritifs de kir -qui tient son nom du maire- attendent sur la table basse. Face à ce succès, l’attraction sera même reconduite chaque année, devenant une véritable tradition locale.

Source : http://www.leparisien.fr/societe/23-decembre-1951-le-jour-ou-le-pere-noel-a-ete-envoye-au-bucher-23-12-2018-7975299.php