François 0 s’est-il réveillé contre le problème sodomite ?

Tout le monde aura été surpris par les récents propos de François 0 à l’égard du problème contre-nature chez beaucoup de « prélats » de sa secte moderniste dans un livre entretien paru Samedi, « La Force d’une vocation ». Franchement, quand on se rappelle de ses phrases répugnantes sur le sujet (le fameux « Qui suis-je pour juger ? » ou « Dieu t’a créé comme ça »), sans parler de son soutien affiché pour nombre de « prélats » ouvertement arc-et-ciel et sa couverture du Cardinal violeur-pédéraste McCarrick, on se dit que nous avons affaire à la plus grosse blague depuis Gaudium Et Spes ! Il s’agit peut-être là d’une contre-attaque face aux conservateurs qui lui font la guerre ouverte depuis l’affaire Viganò. D’autant plus qu’il ne peut évidemment pas ignorer que, concrètement, la plupart des viols de mineurs dans l’ « Église » sont commis par des pédérastes, car la plupart des victimes sont de jeunes garçons adolescents. Il n’en a jamais parlé, n’a jamais dénoncé ce problème et n’a de fait jamais exprimé de vraie solution à ce sujet !

Voici la citation en question. Nous allons voir que si elle peut paraître juste en apparence, elle insinue une idée absolument éloignée de notre Religion et de toute Morale :

« Dans nos sociétés, il semble même que l’homosexualité soit à la mode et cette mentalité, d’une certaine manière, influe aussi sur la vie de l’Église. C’est quelque chose qui m’inquiète (…) L’homosexualité est une question très grave qui doit faire l’objet d’un discernement adéquat des candidats. (…) Dans la vie consacrée et la prêtrise, il n’y a pas de place pour ce type d’affection. C’est pourquoi l’Église recommande que les personnes ayant ce type de tendance profondément ancrée ne soient pas acceptées dans le ministère ou la vie religieuse. [Les prêtres, religieux ou religieuses contre-natures] doivent être incités à vivre intégralement le célibat, et surtout à être parfaitement responsables, en cherchant à ne jamais créer de scandale dans leur communauté ou parmi les fidèles en vivant une double vie », ajoute le pape. « Il vaut mieux qu’ils abandonnent le ministère ou la vie consacrée plutôt que de vivre une double vie »

Les « bons » Catholiques, après lecture de texte, nous diraient avec soulagement qu’il « était temps » … Cela est vrai mais observez comme la doctrine sous-entendue dans le message est tronquée : en dehors du fait que l’homosexualité n’existe pas par définition, puisque l’Église ne reconnait pas la notion d’orientation sexuelle, il utilise également le mot « affection » à la place de ce qu’il devrait appeler perversion.

De surcroit, il précise – à juste titre – qu’il n’y a pas de place pour cela dans la vie consacrée … cependant, faut-il rappeler que ce grave péché mortel qui réclame vengeance devant la face de Dieu n’a pas sa place dans la vie non-consacrée également ? Cette perversion n’a pas sa place dans la nature humaine, un point c’est tout !

Enfin, il utilise le mot « recommande » … C’est une blague ou quoi ? L’Église n’interdirait plus ce type de chose, non, elle « recommanderait de ne pas » …

… Au final, que faut-il attendre de plus d’un progressiste qui couvre des criminels pédérastes comme McCarrick et qui ne fait absolument rien pour empêcher cette prolifération de viols de mineurs qui salissent le nom de l’Église ?

Christe Eleison …