Johnny Hallyday avoue avoir pactisé avec le diable dans sa dernière chanson

L’album posthume de Johnny Hallyday, probablement le chanteur préféré de la plupart des Français, est sorti dans les bacs la semaine dernière, s’écoulant à 300 000 exemplaires dès son premier jour de vente. Un extrait a été diffusé sous forme de clip vidéo sur la plate-forme Youtube et s’intitule « J’en parlerai au diable ». Dans cette chanson, « l’idole des jeunes » (comme il se faisait surnommer) avoue avoir pactisé avec le Malin ; il ajoute que c’est à celui-ci, pense-t-il, qu’il s’expliquera et répondra de ses actes après sa mort. En d’autres termes, il a chanté sa condamnation pour l’Enfer juste avant de trépasser.

Le clip, publié le 18 Octobre, a été visionné plus de deux millions de fois au moment où nous écrivons ces lignes ; il a recueilli une écrasante majorité de mentions « J’aime ». Bienvenue en France, fille aînée de la mécréance et de l’apostasie !

Au même moment, nous apprenons également qu’un mégot de Johnny Hallyday vient d’être vendu aux enchères pour la modique somme de 319 euros …

Voici les paroles de sa dernière chanson, révélée après sa mort :

Si jamais on me dit que j’ai trahi alors je ne bronche pas
Si jamais on me dit que j’ai menti alors je ne relève pas
Car le jour viendra de répondre de mes actes et je ne me cacherai pas
Oui le jour viendra de respecter le pacte et lui seul m’entendra

J’en parlerai au diable
Si l’heure vient à sonner
De m’asseoir à sa table
Et dire ma vérité
J’en parlerai au diable
Il saura m’écouter
L’innocent, le coupable
L’homme que j’étais

Si jamais on me dit ça tu le mérite, je l’ai sûrement chercher
Que j’ai trop flirté avec les limites, je ne vais pas le nier
On sort de la piste, on reprend l’espoir, on avance plus ou moins droit
Et c’est en solistes que je lui dirait mon histoire et j’assumerai mes choix

J’en parlerai au diable