Des milliers de mahométans mobilisés pour exiger l’exécution d’Asia Bibi

Menaces contre les juges, manifestations, les islamistes radicaux pakistanais membres du parti Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), se déchaînent pour demander l’exécution d’une femme chrétienne [ndlr : ou considérée comme telle], condamnée pour blasphème en 2010. Comme le rapporte notamment l’AFP, plusieurs milliers de manifestants ont ainsi défilé dans les rues du Pakistan, à Lahore, à Karachi et à Rawalpindi, appelant à l’exécution d’Asia Bibi, accusée d’avoir insulté l’islam. Si son appel échouait et que la peine de mort était appliquée, elle deviendrait la première personne exécutée pour blasphème au Pakistan.

Lire tout l’article : https://francais.rt.com/international/54587-milliers-pakistanais-mobilises-pour-exiger-execution-chretienne-accusee-blaspheme

Comment cette dame en est arrivée là ? Voici son histoire : le 14 juin 2009, Asia Bibi qui a 38 ans, participe comme chaque année à une cueillette de baies falsa avec trois autres femmes dans un champ de la ferme du propriétaire foncier « Idrees Mohammed ». Deux femmes ont demandé à Asia de l’eau à boire. Elle va chercher de l’eau à un puits à proximité du champ, prend un gobelet avec lequel elle boit une gorgée, puis ramène le récipient rempli auprès des femmes. Mais l’une d’elle refuse de boire l’eau, disant à Asia qu’elle a souillé l’eau du puits parce qu’elle serait « chrétienne » donc impure. Asia se défend en disant qu’elle ne croit pas que Mahomet serait d’accord avec ce qu’elle dit. Cela suscita l’indignation de cette femme et d’autres femmes ont renchéri : « Comment oses-tu parler au nom du prophète, tu viens de commettre un blasphème ».

Tout est partit de là. Les islamistes se sont alors déchaînés dans le village et Asia Bibi a été condamnée à la peine de mort pour « blasphème » contre Mahomet. Parce qu’apparemment, oui, à en croire le déchaînement de violence contre elle, contrairement à ce qu’elle pensait naïvement, Mahomet aurait bel et bien considéré qu’elle a souillé l’eau du puits …

Voilà ce qui explique cela. Christe Eleison …