Sur les exigences urgentes de la modestie chrétienne dans le temps présent

L’excellent site Fide Catholica (amis) vient de mettre en ligne un rappel pour la bonne tenue vestimentaire, à l’attention spécifique des femmes. Extraits :

Nous avons publié presque tous les documents relatifs à la croisade de la pureté engagée sous Benoit XV jusqu’à Pie XII. Est-ce les catholiques se figurent que cette croisade ait jamais été déclarée close ? Au contraire, elle fait plus que jamais rage, mais rare sont ceux qui parmi nous, répondent à cet appel simple à la modestie. Tous les pères et saints docteurs de l’Eglise s’occupant de morale, jusqu’aux derniers grands théologiens catholiques du XXe siècle, enseignent comment il existe deux niveaux de modestie, l’une intérieure, l’autre extérieure, et comment ces deux niveaux sont entièrement joints et indissociables. Pourtant, même dans nos milieux « traditionnalistes », on voit des choses très étonnantes, non pas de la part de personnes fraîchement débarquées, qui ont encore à apprendre et envers qui on doit avec de la patience et de la charité, mais de la part même de personnes depuis longtemps engagées dans le monde catholique traditionnel actuel.

Nous avons montré comment Sainte Bernadette Soubirous, Mélanie et Maximin, ainsi que les trois petits de Fatima, entretenaient une mode que le monde actuel, et même beaucoup de catholiques « traditionnels » (comme les laïcards et les modernistes d’ailleurs) tourneraient en ridicule, considéreraient comme des mises étrangères (un comble) ou auraient honte d’assumer. Nous avons montré que dans ces trois cas, ces voyants symbolisaient un fait social, moral et historique que peu ont remarqué. En effet, leur modestie vestimentaire illumine avec une puissance grandissante les ténèbres du dévergondage actuel. Pourtant, ces messages furent donnés entre 1830 et 1917, période où la décadence morale et en matière de mode était déjà extrême.

La mode vestimentaire au XXe siècle, surtout à partir des années 1930 et 1940, commença à drastiquement s’attaquer à la vertu féminine, même si, comme nous l’avons vu, ce processus était bien plus ancien que cela. C’est à partir de cette époque que l’on vit les femmes se mettre à porter des jupes de plus en plus courtes, dévoilant d’abord les mollets, puis en peu de temps, les genoux. La mini-jupe ne vient pas de nulle part ! Or, dans ces années 1930 et 1940, l’Eglise dut prendre la peine de rappeler à l’ordre les femmes catholiques qui suivaient ces modes du monde, pour leur indiquer qu’il y avait une limite à cette tendance et que cette limite était déjà atteinte. Ce n’est que pas pure condescendance que l’Eglise ne tempêta pas avec plus de force contre ces modes nouvelles qui n’étaient que les débuts de plus grands excès. De même, l’Eglise dût aussi rappeler des évidences quant à l’exposition des parties hautes du corps, quant au moulage des formes, ce qui dut être véritablement pénible quand on y pense, mais très nécessaire, car l’esprit du temps commençait à réellement infester beaucoup de fidèles influencés par la société dans laquelle ils vivaient.

Si le Seigneur Jésus-Christ ou si Sa Très Sainte Mère venaient à nous demain, nous distingueraient-ils tant que cela des mécréants de ce monde, d’un point de vue de notre tenue extérieure ?

Il apparaît très clair que la jeune génération, notamment les femmes, désirent ardemment imiter le modèle des saintes reines,  y compris en portant quotidiennement le voile dans diverses situations sociales, et non seulement à l’Eglise. Leur crainte est toujours la même : peur de passer pour une musulmane. Pourtant, même bien des juives plus ou moins « orthodoxes » n’ont pas cette crainte ! Nous avons indiqué mille fois qu’il y avait dans la société occidentale impie et apostate, une amnésie remarquable, en plus d’une hypocrisie commune aux inconséquents et aux esprits faibles, en particulier chez ceux qui se réclament le plus des théories identitaristes, quant à ce qu’était, jusqu’à il y a peu, l’anthropologie de l’Europe chrétienne, en particulier sur cette question du voile. Il n’est donc pas surprenant que dans nos milieux catholiques, où d’aucuns sont parfois proches de milieux politiques impies se réclamant de la droite nationale, identitaire et autres, soient en retour, influencés par cet état d’esprit libéral. C’est là une peste que nos modestes billets auront bien du mal à combattre.

Lire tout l’article : https://fidecatholica.wordpress.com/2018/09/23/breves-reflexions-sur-les-exigences-urgentes-de-la-modestie-chretienne-dans-le-temps-present