En pleine forêt ou en ville, la vogue du «néo-chamanisme»

«Je suis la lumière de ma vie»: en forêt de Fontainebleau, à une heure de Paris, une quinzaine de personnes répètent en choeur les incantations de leur «maître-chamane» Max Tovar. Surfant sur la mode du développement personnel, le chamanisme suscite un engouement croissant en France même s’il fait parfois craindre des dérives sectaires.

France, 2018.

Yeux clos, allongées entre les arbres avec pour seul fond sonore les indications hypnotiques de leur guide, la quinzaine de personnes en tenue de yoga est venue s’initier au chamanisme – pratique centrée sur la méditation et la communion avec la nature et des «divinités» – et «trouver l’harmonie». (…)

Hochet et bâton d’encens fumant en main, la chamane brésilienne passe au-dessus des participants pour les faire entrer dans le «monde des rêves» et «expulser les mauvaises énergies».

«C’est très important de pratiquer dans la nature car toutes les énergies de la terre, des arbres, du vent ont une fréquence qui permet aux gens de recharger leurs batteries», explique Max Tovar.

Plantes en décoction, huttes de sudation, tambours… Les cérémonies peuvent prendre différentes formes et associer des substances psychotropes comme l’ayahuasca, breuvage à base de lianes consommé par les chamanes d’Amazonie qui favorise la transe mais reste illégal en France. (…)

Certains envisagent même le chamanisme comme une thérapie contre la dépression et le burn-out.

C’est le cas de Doris, une chamane «d’origine amérindienne», qui a installé sa «salle de soins» dans son appartement familial, dans une grande tour HLM de Paris. (…)

C’est toute vêtue de blanc qu’elle reçoit, ce jour-là, quatre «stagiaires» dans une petite pièce de son appartement, pour participer à un cercle de tambours et «communiquer avec les esprits».

Assis en tailleur, visages masqués, ils se laissent guider par l’odeur de la sauge blanche, le rythme du tambour et les chants amérindiens de Doris. (…)

Mais les chamanes peuvent-ils sans risques se substituer aux psychologues?

«Certains profitent de l’emprise qu’ils peuvent prendre sur des +disciples+» notamment «chez les personnes atteintes de troubles psychiatriques», alerte le président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), Serge Blisko. (…)

Lire tout l’article : https://www.liberation.fr/societe/2018/09/22/en-pleine-foret-ou-en-ville-la-vogue-du-neo-chamanisme_1680481

Dans ce monde, toutes les fausses religions sont soutenues et favorisées ; tout est fait pour inciter au rejet du Catholicisme. Le chamanisme, de plus en plus à la mode dans les milieux du développement personnel – ou tout du moins la tendance la plus ésotérique de cet ensemble de courants de pensées – est une forme de paganisme international, plus concrètement de sorcellerie, centré sur la médiation avec les esprits et les « divinités » de la nature. 100% satanique. Il va de soi que les cas de possessions ne doivent évidemment pas être rares dans ce genre de milieux.