Quand un « Cardinal » ouvertement hérétique dénonce … l’hérésie

Nous ignorons s’il faut rire ou pleurer …

Le « Cardinal » Müller a déclaré lors d’une homélie, au cours d’une « ordination sacerdotale » à Rome le 15 septembre dernier, que la racine de la crise d’abus actuelle n’est pas « le cléricalisme, quoi qu’il en soit », mais « l’abandon de la vérité ». Sur ce point, qui contredit mot pour mot ce qu’affirme son chef François 0, nous ne pouvons pas lui donner tort.

Müller a ajouté qu’il n’est pas possible d’inventer une « nouvelle pastorale » et de laisser simultanément la doctrine de l’Église intacte. Ce n’est « pas une réforme, mais une hérésie ». Pourquoi ? Parce que, précise-t-il, « c’est une hérésie de penser qu’on puisse préserver l’enseignement de l’Église tout en inventant une nouvelle approche pastorale pour les faiblesses de l’homme, qui édulcorerait la vérité de la Parole de Dieu et la morale chrétienne ». Il s’agit là, pour lui, d’une « nouvelle hérésie christologique » qui consiste à « opposer l’un à l’autre, le Jésus Maître de la vérité divine et le Jésus bon pasteur ». (source : libertepolitique.com, Cardinal Müller : le cléricalisme n’est pas la racine de la crise actuelle, 21 septembre 2018)

Tous les « bons » Catholiques ne peuvent qu’applaudir. Beaucoup verront en Müller, qui est actuellement assez médiatisé que pour être considéré comme un chef de file des conciliaires conservateurs au Vatican, un héros voire un homme providentiel. Malheureux ! S’il fallait faire une liste du top 10 des hérétiques publics et avérés à Rome, Müller serait probablement sur le podium !

Négation publique de la Résurrection, Négation publique de la Virginité de la Très Sainte Vierge Marie, Négation publique de la Transsubstantiation, Négation publique que seule la Religion Catholique est valable … Vous pouvez vérifier tout cela en cliquant ici ! En d’autres termes, cela s’appelle un imposteur ! À moins qu’il regrette et abjure totalement et sincèrement ses immondes hérésies, qu’il fasse amende honorable devant l’Église et qu’il rejette le sale pseudo-concile Vatican II ; en attendant, sa place est au Bûcher avec le reste, tout aussi opposé à François 0 soit-il pour les raisons qui le regardent …

Vivement que les derniers porteurs de la Foi Catholique reprennent Rome et chassent tous ces imposteurs avec l’aide de Dieu !