Sur les nouvelles affaires de viols au sein de la secte conciliaire, l’Église a la solution

  • administrateur
  • 17 août 2018
  • Commentaires fermés sur Sur les nouvelles affaires de viols au sein de la secte conciliaire, l’Église a la solution

Il ne se passe plus une seule année sans que n’éclatent de nouveaux scandales médiatiques concernant d’ignobles viols par des « Prêtres » généralement progressistes. Il y a quelques jours c’était 150 cas révélés au Chili, maintenant c’est 300 en Pennsylvanie. Les victimes sont la plupart du temps des garçons. Il faut être honnêtes et se rendre à l’évidence, la secte conciliaire est un nid à pédérastes. Combien de petites âmes détruites … et combien de fois l’image de l’Église et du noble état de Prêtre ont été salies à cause de ces fourbes Judas !

L’Église Catholique (la vraie) offre pourtant une solution sur-mesure à ce genre d’abus : la peine de mort, sentence appliquée par les pouvoirs séculiers de l’époque dans ce genre de cas. Ceci concerne les mesures à prendre sur les clercs invertis, alors on n’imagine pas la sentence pour ceux qui seraient en plus de cela coupables de viols sur des enfants et des adolescents … Les Catholiques dits « de Tradition » sont justement en train de la faire tourner sur les réseaux sociaux … Voici le texte :

**********

Constitution Horrendum illud scelus du 30 août 1568

Sur la condamnation du péché contre-nature par des clercs catholiques romains – Saint Pie V

Donné à Rome, à Saint-Pierre, le 30 août 1568

Pie, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, en vue de la mémoire perpétuelle de la chose.

Cet effroyable crime à cause duquel des Villes souillées et avilies furent brûlées par le redoutable jugement de Dieu, Nous marque de la douleur la plus cruelle et remue si lourdement Notre âme, que nous consacrons toute notre attention, autant qu’il est possible, à l’arrêter.

§. 1. Raisonnablement, il est reconnu comme établi par le Concile du Latran que les Clercs qui ont été surpris souffrir de cette incontinence qui est contre nature, à cause de laquelle la colère de Dieu vient sur les fils de la défiance, soient écartés du Clergé ou obligés de faire pénitence dans des Monastères.

§. 2. Mais en vérité, afin que ne s’affermisse pas avec plus d’assurance l’influence d’un tel acte déshonorant, par l’espoir de l’impunité qui constitue l’attrait le plus grand [portant] à pécher, Nous avons décidé que le glaive séculier vengeur des lois civils détournerait de façon certaine ces Clercs accusés de ce crime abominable, [Clercs] desquels nous devons tirer vengeance le plus lourdement, [Clercs] qui ne s’effrayent pas de l’anéantissement de [leur] âme.

§. 3. C’est pourquoi, voulant poursuivre énergiquement ce que nous avons déjà décrété dès le début de Notre Pontificat [Constitution Cum Primum], Nous privons, de par l’autorité du présent canon, tous les Prêtres, et quels qu’il soient, et autres Clercs séculiers et réguliers, de quelque degré ou dignité qu’ils soient, pratiquant un crime si horrible, de tout privilège clérical, et de toute charge, dignité et bénéfice ecclésiastique. Ainsi, suite à cela, dégradés par le Juge Ecclésiastique, qu’ils soient livrés immédiatement à la puissance séculière, [et] qu’elle leur applique le même supplice, que celui concernant les laïcs ayant glissé en cette ruine, [et qui] se trouve être institué par les sanctions légales.

Qu’absolument personne ne se permette de détruire ou d’enfreindre avec une audace téméraire cette page par laquelle nous supprimons, abolissons, permettons, révoquons, commandons, prescrivons, statuons, autorisons, ordonnons, décrétons, relaxons, exhortons, prohibons, nouons, faisons acte de volonté. Si quelqu’un avait l’audace d’y porter atteinte, qu’il le sache, il encourrait l’indignation du Dieu tout-puissant et des saints apôtres Pierre et Paul.

Donné à Rome près de Saint Pierre en l’Année de l’Incarnation du Seigneur 1568, le 3e des Calendes de Septembre, l’année 3 de notre Pontificat. [30 août 1568]

Pie V, Pape