La contamination contre-nature progresse à petits pas en Pologne …

Un ami nous a averti que des passagers et des conducteurs de trams de la ville de Pozlan, en Pologne, avaient récemment fait pression sur la société de transport desservant la ville pour faire enlever des publicités et petits drapeaux arc-en-ciel sur les véhicules publics. Voici ce que la société a communiqué :

« Les drapeaux arc-en-ciel qui sont apparus aujourd’hui dans les tramways de Poznan ont provoqué beaucoup de controverses et d’émotions turbulentes, parmi lesquels des voix négatives. Ces opinions critiques nous ont été transmises par les passagers dont l’opinion est importante pour nous. sur leurs besoins et évaluations. Nous respectons également les opinions de nos chauffeurs qui ont exprimé leur désapprobation à l’égard d’une telle entreprise, raison pour laquelle nous avons décidé de supprimer les drapeaux arc-en-ciel »- MPK Sp. zoo à Poznan.

Notre ami se réjouissait … sauf que, néanmoins, il n’empêche que les publicités en questions servaient à promouvoir une marche des « fiertés » contre-natures qui aura de toute façon bien lieu à Pozlan. Même le Maire (de centre-droite !) y participera en personne, comme chaque année depuis 2015 !

Cette marche abominable est organisée par une ONG contre-nature internationale dénommée Stonewall Group (on sent la haute finance derrière) ; celle-ci a par ailleurs immédiatement annoncé avoir pris des mesures juridiques à l’encontre de la société de transport municipal.

Nous passons les détails mais en tous les cas, les pédérastes progressent doucement mais sûrement en Europe de l’Est, en dépit des « bons » conservateurs au pouvoir. Ces derniers auront beau se dire « Chrétiens », tant qu’ils ne se débarrasseront pas de l’idéologie démocrate-libérale ils n’empêcheront pas leur pays de mourir à petit feu ! À bas les droits de l’homme, à bas la liberté d’expression et d’association, à bas les scandales publics, vive la restauration morale des Etats dans le Règne Social de Jésus-Christ !

En savoir plus sur le problème du gouvernement conservateur polonais : cliquez ici.