La tentation gallicane des conciliaires conservateurs 🤢😨

Pitoyable ! Nous avons lu sur le site conciliaire conservateur Salon Beige un texte tiré de la revue droitière « L’Incorrect » intitulé : « Vers la fin de l’ultramontanisme ? »

Le début de l’article est consultable ici : https://lincorrect.org/vers-la-fin-de-lultramontanisme

Le texte est objectivant, c’est à dire qu’il n’appelle pas ouvertement au retour au gallicanisme contre l’ultramontanisme mais tout le monde aura compris le sous-entendu … Voici quelques extraits ; nous réexpliquerons plus bas ce qu’est VRAIMENT l’ultramontanisme et nous tirerons quelques évidentes conclusions.

« En Europe, une frange importante du monde catholique, se sentant incomprise d’un pape peu habitué aux subtilités européennes, va peut-être finir par abandonner sa tradition ultramontaine pour retrouver son penchant gallican. Que signifie être ultramontain? C’est regarder au-delà des monts que sont les Alpes et prôner la souveraineté absolue du pape, à la fois sur le pouvoir politique et sur les dignitaires de l’Église locale que sont les évêques. L’inverse du gallicanisme qui consiste, au contraire, à faire primer les traditions de l’Église locale sur les injonctions pontificales (gallicanisme ecclésiastique) ou à donner la primauté au souverain temporel en cas de conflit avec le Souverain Pontife (gallicanisme politique, très pratiqué sous l’Ancien Régime). »

« Bien sûr, on ne parle pas ici de l’autorité du pape dans les questions qui relèvent de la foi et des mœurs mais plutôt de la légitimité attachée à ses propos dans la conduite des affaires publiques : saint Pie X encourageant les catholiques français à refuser la séparation de l’Église et de l’État, Pie XII luttant contre le nazisme et le communisme, saint Jean-Paul II combattant inlassablement la culture de mort, Benoît XVI mettant en garde contre le relativisme intellectuel et moral.

Mais avec la multiplication des propos peu convaincants du pape François sur l’immigration, l’Europe ou l’islam, ne verra-t-on pas ressurgir un sentiment gallican, émanant de la frange du catholicisme français a aché à la conservation de son identité nationale et peu soucieux de se fondre dans le brassage des peuples et des cultures, fût- il prôné par le successeur de Pierre? L’avenir seul le dira. »

CONCLUSION : d’ores-et-déjà, nous allons mettre entre paranthèses que les auteurs de ce billet associent les noms des Papes Pie X et Pie XII aux imposteurs Jean-Paul II et Benoît XVI. Quand ils ont opposé à ces noms François 0, nous avons senti venir la nouvelle erreur très à la mode (chez les idiots) comme quoi François 0 serait un faux Pape CAR « Benoit XVI serait en réalité le vrai Pape légitime » (à l’instar de « Saint » Jean-Paul II, vous savez celui qui embrassait le Coran ?) … mais non, l’auteur songe à une autre « solution » pour résoudre intellectuellement la crise de l’Eglise : le Gallicanisme.

Pour rappel, voici vraiment ce qu’est l’ultra-montanisme : LE CATHOLICISME, rien d’autre. C’est un terme péjoratif inventé par les libéraux et schismatiques pour désigner les VRAIS Catholiques. En effet, les catholiques français fidèles au Pape étaient suspectés d’antipatriotisme, leur cœur étant au-delà des Alpes, à Rome. D’où ce terme d’ultramontanisme. En matière temporelle, les vrais Catholiques (donc dits « ultra-montains ») pensent simplement qu’une saine politique reçoit ses règles de la Morale naturelle reconnue par l’Eglise, tel que l’énonce Saint Thomas d’Aquin ; mais cela ne plait évidemment pas aux ennemis de Dieu !
Les schismatiques français, gallicans, libéraux et protestants, ont utilisé ce terme à l’encontre des vrais Chrétiens qui, de facto, s’opposaient à leur projet d’établir une église nationale, coupée de Rome, au nom du patriotisme. Le gallicanisme, en particulier, sera le fer de lance de cette lutte contre Rome. Chercher à réhabiliter le gallicanisme, et à lutter contre l’ultramontanisme, est un crime contre l’Église, contre Son unité notamment. Les conciliaires « de droite », fâchés avec Bergoglio, sont fortement tentés d’adopter cette doctrine hérétique, car elle leur permet ainsi de s’opposer à lui. Mais cette opposition s’appuie sur de faux principes, destructeurs de la Foi. Les gallicans et autres ennemis de l’ultramontanisme ont cherché, par exemple, à empêcher la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale, pour empêcher la parole du Pape d’être obéie chez eux. Les conciliaires « de droite » sont désormais quasiment sur la même ligne …
Dans les faits, bien sûr, aucun ne va se considérer ouvertement comme Gallican mais ce texte l’assume un peu …
Voilà, certainement, pourquoi des sites « Catholiques » n’hésitent pas à diffuser ce billet …

A noter que de nos jours des sectes gallicanes existent toujours ouvertement … 🤢

Pauvre Eglise … Oremus 🙏 vivement le retour d’un vrai Pape pour condamner toutes les erreurs apparues ou réapparues depuis Vatican II.